On s'était dit

Nous aurions pu nous donner rendez-vous dans un an, même heure, même endroit. Nous ne l'avons pas fait. Et pourtant, notre histoire a fêté son premier anniversaire avant-hier. La nôtre, à vous et moi, celle que nous avons construite ensemble, pierre après pierre, mot après mot. Nous y voilà. Un an ou peut-être un peu moins que vous me lisez, que j'écris pour vous. Un an que j'espère de tout cœur que mes mots ne résonnent pas dans le vide. Pour vous, je souffle l'unique bougie que j'ai plantée sur un tas de livres.

Je ne crois pas aux nouvelles années, il me semble l'avoir déjà écrit dans un article, le tout premier si je ne m'y trompe pas, et pourtant secrètement je ne peux que souhaiter des lendemains meilleurs. Pour elle et pour moi. Pour tous ceux qui ont dans le ventre cette plaie béante. J'ai besoin de lendemains meilleurs. Je n'aime pas voir les fins d'années comme l'heure des bilans, le moment où l'on énumère les réussites et les échecs de l'année sur laquelle nous n'avons déjà plus de prise.

Car aujourd'hui est notre seul présent.

 

 

Mais tout de même, pour l'année à venir, et puisqu'il faut faire des vœux à défaut de prendre des bonnes résolutions : je vous souhaite, je ne sais pas, je vous souhaite les plus belles des journées. Celles dont on voudrait qu’elles ne terminent jamais. Que cette nouvelle année ne soit non pas à la hauteur de vos espérances, mais au-delà ! Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir, des éclats de rires, de l'amour, de la joie et. Toutes ces choses qui font naître, au creux du ventre, une envolée de papillons multicolores. Qui virevoltent, qui chatouillent et qui nous font nous sentir plus légers. Pour l'année deux mil quinze, je vous souhaite des papillons. Je vous souhaite aussi des rayons de soleils, des ciels d'hiver d'un bleu éblouissant, des nuages qui ressemblent à du sucre glace saupoudré sur un gâteau de Schtroumpfs. Je vous souhaite des orages qui ressemblent à la fin du monde, des ciels étoilés et. Et je vous souhaite de pouvoir regarder au moins une fois la neige tomber du ciel par la fenêtre, et de redevenir un enfant quelque instant et de trouver cela beau, si beau qu'on en pleurerait, de cette magie comme venue de nulle part. Je vous souhaite des réveils et des endormissements le sourire aux lèvres, de la lumière sous les paupières. Je vous souhaite des petits bonheurs et des plus grands aussi, des surprises, des petits-riens qui font pourtant tout. Je vous souhaite de surmonter les malheurs sans y laisser trop de vous et de faire des choix, vos propres choix, de prendre le risque de tomber et de finalement vous surprendre à rester debout.

 

 

A l'aube de cette année, je vous souhaite de vous sentir vivant.

Écrire commentaire

Commentaires : 0