.

Peut-être qu’il me faudrait écrire. Encore, et encore, et encore. Jusqu’à ce que la douleur cesse.

***
Je chuchote des poèmes dans le silence de la nuit, et parfois ça me fait du bien.

***
J’écris pour lutter contre l’oubli.

***
Il pleut des feuilles d’automne sur le cours Victor Hugo. Je me surprends à chantonner Ne me quitte pas partout où je vais.

***
Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. Tout est dit dans ces quelques mots et dans ce minuscule livre. Je découvre le visage de ce jeune homme et l’une des photographies me bouleverse. Il s’est donné la mort à l’aube de ses trente et un ans.

***
Je frotte jusqu’à la douleur. Je sais ce que je cherche à laver, mais la honte et le dégoût s’ancre si profondément dans la peau qu’on ne peut pas les effacer.

***
Depuis hier soir, l’odeur de mort est partout dans l’air que je respire. Ça vient d’où, dis ?

Écrire commentaire

Commentaires : 0