Chroniques de gares (jours cinq)

03/02/2017, 14 :00, gare de Morges (Suisse), voie 2

 

 

Quatre minutes.
Minuscules.
Clic clac, il est dans la boîte.
Une deux trois quatre fois.
Demain nous serons le quatre février. Cela fera sept ans.
Il y a sept ans il neigeait.
Ciel blanc.
Aujourd’hui, le soleil lui caresse le visage et cela me réconforte un peu.
Il pianote comme un pianiste sur son instrument, à corps perdu, coupé du reste du monde.
Il ne me voit pas. Je suis invisible.
Je garde en mémoire son visage, les mots viendront au bord du sommeil. Digression à l’habitude.
Il est beau, voyez-vous.
Clic clac, dans la boîte.
Quatre fois.
Je n’arrive pas à écrire. Demain nous serons le quatre février et je n’arrive pas à écrire.
En quatre pas aussi, exactement, il me laissera là.
Mon regard reste fixé sur sa silhouette disparue.
Le quai est vide désormais.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 6