*Glissement*

Je me glisse ainsi, à tout petits pas, d'un jour à l'autre.

Je me glisse ainsi, sans le moindre bruit, entre ses bras.

Je me glisse ainsi, comme l'ombre de mon corps, dans la pénombre. 

Je me glisse ainsi, il y fait froid, en-dehors du lit.

Je me glisse ainsi, comme pour de faux, par-dessus la rambarde du balcon.

Je me glisse ainsi, dans la nuit noire, dans la cuisine.

Je me glisse ainsi, après la tempête, entre mes draps.

Je me glisse ainsi, les yeux mi-clos, d'un drame à l'autre.

Je me glisse ainsi, à pas de chat, d'un jour à l'autre.


Comme une ombre.

Comme un fantôme. 

Avec l'espoir que.

Sait-on jamais ?

Écrire commentaire

Commentaires : 0