De mois en moi, la lumière de Décembre

 

En Décembre, le mois le plus magique de l’année, qui m’a semblé durer une éternité,
les petites surprises jour après jour, les idées recettes d’Anne-Sophie, les nouvelles lunettes, les marchés de Noël et le bracelet coup de cœur, la migraine, la crémaillère de L., Ibrahim Maalouf, l’enquête sur Anton Tchekhov, le rôle de l’Enfant dans Noce de Jean-Luc Lagarce et les pleurs sur scène, le thé à la madeleine sous le plaid, les confidences un dimanche soir autour d’un verre, les snickerdoodle, la première carte de ma sœur à cette adresse-là, l’angoisse du vide, l’angoisse du manque, choisir et emballer avec soin les cadeaux de noël, les cheveux qui arrivent enfin aux épaules, ce chat dans la rue tout près d’ici et les quelques minutes passées ensemble, l’odeur des mandarines, la pâtisserie durant une après-midi toute entière, les sablés à la cannelle, le joli bouquet d’hiver de chez Herbes Fauves, la première soirée de Noël, eux dans mon appartement et leurs rires, eternal sunshine of the spotless mind, le test de personnalité, les épisodes de Sherlock, la joie de rentrer dans ma famille pour cette période que j’aime tant, la nuit dans le bus, les lèvres gercées, la lutte acharnée contre le renard, les cachets pour dormir, le cadeau attentionné de mon amie M., le jeu de société à six une fin d’après-midi de ciel gris, Titanic, la tête en l’air, le froid et le brouillard, la petite photo de mes anciennes collègues pour me souhaiter de bonnes fêtes, les légumes oubliés, les chants de Noël, la soirée de fête à la lueur des bougie, ma famille toute entière réunie et la montagnes de paquets, le ciel étoilé, les vidéos d’enfance, un petit renard autour du poignet et une jolie rose autour de mon cou, V. qui doute et le voile devant mes yeux, le réveillon tous les trois, la première nuit dans ma maison de petite fille depuis tant d’années et la surprise de m’y sentir bien, le petit-déjeuner au coin du feu, La belle et le clochard emmitouflée sous la couette, les moments partagés, l'album de Jain en boucle, le retour en bus qui m'a semblé interminable, le blues du retour et le silence. 

 

 

Que 2017 soit un rire, une caresse, un ciel étoilé. 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0